Appuyez sur Entrée pour voir vos résultats ou Echap pour annuler.

Comment écrire un article de blog comme un pro

Rédiger un article de blog requiert un savoir-faire. Ce n’est pas pour rien qu’il existe des rédacteurs professionnels. En revanche, tout le monde peut apprendre à maîtriser cet exercice. Voici tout ce que vous devez savoir pour écrire le meilleur contenu possible. Structure, rédaction… À vos claviers !

Vous publiez des articles sur votre blog, mais vous obtenez… des clopinettes.

Votre audience ne décolle pas, votre taux de rebond augmente, la durée de lecture ne dépasse pas les 30 secondes. C’est frustrant et rageant.

La cause ? Sûrement votre SEO, mais aussi votre article même.

Il n’est pas bien rédigé, il n’intéresse pas, il ne convainc pas.

Écrire un article n’est pas un exercice facile. Il ne suffit pas de rédiger un texte à la va-vite et de le publier.

Dans cet article, je vais vous donner toutes les clés pour rédiger un contenu de qualité.

Et croyez mon expérience : ces six dernières années, j’ai rédigé pas moins de 3 000 articles !

Prêt ? Suivez le guide.

Important ! Notez qu’il est ici question de rédaction pure (copywriting), pour maîtriser la base des bases. Si tel est déjà le cas, retrouvez notre article sur la rédaction SEO : comment écrire des articles optimisés.

Avant de rédiger votre article de blog

Identifier et comprendre son audience cible

Avant toute chose, vous devez vous poser cette question : « Je parle à qui ? »

Je ne le cesse de le répéter, mais un contenu qui ne parle pas à la bonne personne ne performera jamais.

Expliqueriez-vous les bienfaits de la banane à une personne allergique à la banane ? Non. Ça n’a pas de sens.

Vous devez donc clairement identifier votre audience cible.

Un article pour un persona

Pour cela, référez-vous à vos personas. Nous l’avons vu dans un précédent article :

👉 Persona : c’est quoi et comment le définir ?

La définition de vos personas vous permettra de mieux comprendre votre cible : Qui est-elle ? Quelles sont ses problématiques ? Ses freins, ses attentes, ses objectifs, ses pain points ?

Mais aussi et surtout de savoir comment elle s’exprime. C’est la base en copywriting !

Vos mots devront la toucher, et c’est en employant son vocabulaire que vous y parviendrez. Interviews, analyse des avis clients, etc. Je vous explique comment faire dans mon article sur le copywriting.

Identifier et comprendre vos personas vous permettra par ailleurs de trouver des idées de contenus et ainsi de proposer des sujets qui les intéresseront.

Tips. N’hésitez pas utilisez des outils comme Answer The Public (mon chouchou). En fonction de votre mot-clé, il indique les requêtes effectuées par les internautes.

Retenez cette règle : votre article de blog devra être destiné à un persona précis.

Structurer son article : la méthode de la pyramide inversée

Une fois votre audience et votre sujet bien définis, vous devez rédiger le plan, la structure de votre article.

Une méthode : la pyramide inversée.

Celle-ci permet de captiver rapidement l’attention du lecteur.

L’objectif est de structurer ses idées par ordre décroissant d’importance.

Notez que la pyramide inversée n’est pas une structure obligatoire.

Vous pouvez également structurer votre article en mode « storytelling ».

Vous racontez une histoire en partant d’un fait, puis vous déroulez vos éléments. C’est aussi très impactant !

La structure d’un article de blog

Le titre

C’est la première chose que lit votre lecteur.

Si vous voulez être lu, vous devez donc écrire un titre accrocheur.

Il doit être explicite et simple à comprendre.

Ne l’oubliez pas : votre titre est votre promesse. Il assure au lecteur que vous allez y répondre.

Celui-ci peut être factuel ou interrogatif (comment, pourquoi). Pour inciter au clic, vous pouvez également jouer sur l’émotion (humour, peur, etc.).

Évitez toutefois les jeux de mots, les effets rhétoriques. Vous n’êtes pas Libé ni Le Canard enchaîné.

Faites également attention aux titres dits « pute à clic ». Vos lecteurs seront très déçus. Ils ne garderont pas une bonne image de vous, et ne liront plus vos prochains articles. Croyez mon expérience !

Tips. Vous hésitez entre plusieurs titres ? Si vous misez beaucoup sur votre contenu, effectuez un A/B Test sur Facebook Ads (nul besoin de dépenser une fortune), et évaluez les CTR. Vous saurez rapidement quel est le titre le plus attractif.

Le chapô

Le chapô est le petit texte placé juste en dessous de votre titre. C’est en quelque sorte le synopsis de votre article. Il permet au lecteur de prendre rapidement connaissance de votre contenu.

Il peut être :

  • Informatif. Il répond aux 5W : Who, What, Where, Why, et When (qui, quoi, où, pourquoi et quand). Il est principalement utilisé pour les articles de presse, mais vous pouvez aussi l’exploiter pour vos contenus. Qui : c’est votre audience cible. Vous utilisez le « vous ». Quoi : c’est votre sujet. Pourquoi : la problématique de votre lecteur. À noter :  toutes les questions peuvent ne pas être abordées. Cela dépend de votre sujet.
  • Incitatif. Un appel à l’action.
  • Interrogatif. On pose une question et on y répond très brièvement.
  • De rappel. Il rappelle des éléments déjà abordés. Exemple : un autre article précédemment écrit, un fait passé, etc.

Soignez bien votre chapô car c’est la deuxième chose que l’internaute lit après votre titre. S’il n’est pas attirant, pertinent, il ne poursuivra pas sa lecture.

Votre chapô doit être court et simple (300 caractères maximum). Vous pourrez le reprendre pour votre méta-description. Et bien sûr, il devra comprendre vos mots-clés.

Il doit également être parfaitement identifiable. Utilisez du gras ou de la couleur pour le mettre en évidence.

Conseil. Rédigez votre chapô en dernier. Difficile en effet d’écrire le « résumé » d’un texte sans l’avoir écrit.

L’accroche

Ce sont les premières lignes de votre article.

Votre accroche doit une nouvelle fois donner envie au lecteur de lire la suite. Vous devez donc l’accrocher, susciter son intérêt. Cela peut être une anecdote personnelle, par exemple.

Pour cette partie, vous pouvez vous aider de A.I.D.A ou P.A.S, deux frameworks utilisés en copywriting.

A.I.D.A est l’acronyme de Attention, Intérêt, Désir et Action.

Vous captivez l’attention de votre lecteur, vous suscitez son intérêt, son désir d’en savoir plus, et vous l’incitez à lire la suite en présentant les éléments que vous aborderez dans votre article.

P.A.S signifie Problem (Problème), Agitate (Agiter), Solve (Résoudre).

Il est un peu plus brutal qu’A.I.D. A, mais redoutablement efficace.

Ici, vous décrivez le problème de votre audience, vous remuez le couteau dans la plaie en insistant sur ce problème et vous présentez votre solution, à savoir votre article.

Le corps de l’article

C’est ici que vous allez développer votre sujet.

Une règle à retenir : une section = une idée.

Ne développez qu’une seule idée par section, chacune doit être autonome et assimilable en tant que telle. Et écrivez vos idées, comme nous l’avons vu avec la pyramide inversée, par ordre décroissant d’importance.

Pour que votre lecteur puisse bien les identifier, utilisez des sous-titres, des intertitres en gras.

Sur la Toile, la majorité des internautes ne lisent pas les textes en intégralité, ils les survolent, les parcourent en diagonale. Bien séparer vos idées vous permettra de vous adapter à cette lecture « zapping ».

Des paragraphes courts

De même si vous écrivez des paragraphes courts. Votre lecteur pourra les scanner rapidement.

Plus vos paragraphes seront courts, plus votre article sera aussi agréable à lire. Rien de plus chiant que de lire des longs pavés. Cela fait mal aux yeux, et surtout, on perd vite le fil.

Personnellement, je zappe vite les articles avec des longs paragraphes, sans le moindre espacement. Surtout si je suis sur mobile.

À noter. Vous pouvez tout à fait écrire des articles longs. Google les apprécie fortement, car plus un visiteur restera longtemps sur votre page, plus il considérera votre contenu. Le moteur de recherche estimera qu’il fait preuve d’autorité dans son domaine.

Des visuels

Dans votre article, n’hésitez pas à intégrer des visuels pour l’habiller et l’aérer.

Attention toutefois à ne pas trop en mettre. Cela desservira votre texte.

Le lecteur sera attiré par vos images et ne lira pas votre contenu.

Ne tombez pas dans le piège « je dois mettre des images car il faut en mettre ». Vos illustrations doivent avant tout appuyer vos propos.

Quelques règles d’écriture (copywriting)

Écrire pour son audience

Lorsque vous rédigez votre article, gardez en tête que vous n’écrivez pas pour vous, mais pour votre lecteur. D’où l’importance de se renseigner au préalable sur son audience.

Utilisez le plus souvent « Vous ».

Si vous abusez du « Nous », votre lecteur ne se sentira pas concerné.

Vous êtes là pour apporter des infos à votre lecteur, pas pour vous faire mousser.

Pour éviter de divaguer, je m’imagine parler à un certain Michel (coucou si vous vous appelez Michel 😉).

Rédiger des phrases courtes et concises

Exit les grandes tirades. Vous allez perdre votre lecteur.

Avoir un langage simple

Ne vous prenez pas pour Proust. Écrivez comme vous parlez, en évitant bien sûr le langage familier.

Écrire un texte « glissant »

Dans un précédent article sur le copywriting, je vous ai parlé du « toboggan glissant », un concept inventé par le copywriter Joseph Sugarman.

Le principe est simple :

La première ligne de votre texte est si captivante…

Que vous lisez la deuxième. Celle-ci est si intéressante…

Que vous lisez la troisième.

Et ainsi de suite.

Vous faites glisser votre lecteur, vous l’« aspirez » grâce à vos mots.

L’avantage de cette méthode est double : elle permet de captiver son audience et d’aérer son texte.

Écrire avec ses tripes

Votre écriture est votre arme.

Utilisez-la pour montrer votre personnalité, votre style. Les lecteurs se souviendront de vous et reviendront aisément vous lire.

N’hésitez pas à mettre un peu de « chaleur » dans votre écriture pour établir une proximité avec votre lecteur. Se sentant plus proche de vous, il sera plus sensible à vos arguments et plus enclin à vous faire confiance.

Préférer la voix active à la voix passive

La voix active est bien plus dynamique.

Exemple :

« Cette pizza a été faite par Marine » (voix passive).

« Marine a fait cette pizza » (voix active).

La fin de l’article

Vous allez mettre les informations mineures, et bien sûr votre CTA (Call To Action).

Celui-ci doit être bien défini.

Que souhaitez-vous ? Que votre lecteur s’inscrire à votre newsletter ? Qu’il laisse un commentaire ? Qu’il partage votre article sur les réseaux sociaux ? Soyez bien clair. Et mettez bien en évidence votre CTA (gras, couleur).

La fin de l’article est souvent bâclée. Après des heures de rédaction, on a tendance à la négliger. Ne faites pas cette erreur : c’est la dernière chose que votre lecteur lira. Vous devez faire bonne impression.

Si votre article est très long, n’hésitez pas à faire un rapide résumé en conclusion.

Après la rédaction de votre article

Vérifier ses fautes d’orthographe

Les fautes peuvent vous décrédibiliser.

Avant de publier votre article, relisez-vous donc bien.

Si vous n’êtes pas un as de l’orthographe, certains outils peuvent vous aider. Parmi eux : MerciAppScribens et Antidote

De mon côté, je suis de la vieille école. J’utilise mes deux potes Robert et Bescherelle.

Lire son article à voix haute

Autre étape nécessaire : lire son article à voix haute.

On a l’air un peu bête, mais cet exercice est très efficace. Vous verrez tout de suite si votre contenu est fluide.

Si vous butez sur certaines phrases, réécrivez-les.

Partager son article

N’hésitez pas à partager votre article à vos collègues, votre entourage. Ils vous donneront leur avis et vous indiqueront peut-être des points à améliorer.

Surligner en gras ou mettre en couleur les éléments clés

Les mots en gras ou colorés interpellent le lecteur et orientent son regard vers les informations qui les précèdent.

Encore une fois, n’oubliez pas : les internautes lisent en diagonale votre article. Les mots en gras ou en couleur capteront son regard.

En résumé

Les principaux points à retenir :

  • Définir et connaître son audience cible
  • Structurer son article (méthode de la pyramide inversée)
  • Écrire une idée par section
  • Être simple
  • « Aspirer » son lecteur (le toboggan glissant)

Vous savez maintenant comment écrire un article de blog.

Bien sûr, le travail n’est pas fini : il faut penser SEO !

Mots-clés, balises… Retrouvez notre article sur la rédaction SEO : le guide pour écrire des articles optimisés.

Vous pouvez lire nos autres « papiers » sur le blog :